Catégories
Uncategorized

Accueil

L’équipe Rispop29 auditionnée à l’Assemblée nationale

A l’invitation de Mr Didier Le Gac, président du groupe d’études amiante de l’Assemblée nationale, Jorge Muñoz et Olivier Crasset ont été auditionnés pour présenter un diagnostic du fonctionnement du suivi post-professionnel et proposer des améliorations du dispositif. Nous espérons que les les échanges avec les députés présents déboucheront sur des mesures concrètes pour améliorer l’accès et la prise en charge des personnes concernées.

Le questionnaire en ligne est accessible en cliquant sur l’image ci-dessous

Bienvenue sur le carnet de Rispop29, une recherche menée au laboratoire de sociologie de l’Université de Bretagne Occidentale (Labers – EA 3149, UBO, Brest). Financée par l’Institut Nationel du Cancer (Inca), elle a débuté le 1er juin 2021 pour une durée de 4 ans.
La recherche porte sur le suivi post-professionnel, dispositif de prévention secondaire destiné aux retraités ayant été exposés à des agents cancérogènes au cours de leur parcours professionnel. Il reste aujourd’hui largement méconnu et sous-employé.

Dans un premier temps, notre objectif est de parvenir à un diagnostic partagé avec tous les acteurs impliqués dans son fonctionnement. Il s’agira ensuite de proposer des modifications pour le rendre plus efficient.

L’étude est centrée sur le département du Finistère, avec l’ambition d’étendre le nouveaux modèle qui sera proposé à d’autres territoires dans une phase ultérieure.

Catégories
Uncategorized

Dans la presse

Bulletin de l’Andeva, n°72, décembre 2023

Le Télégramme, 31/05/2023

Catégories
Uncategorized

Partenaires et réseau

 

RISPoP 29 est un programme de recherche interventionnelle en santé publique financé par l’Institut national du cancer (Inca).

Il est hébergé par le Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (EA 3149) de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, Brest).

La recherche se déroule en collaboration avec le Centre régional de pathologies professionnelles et environnementales du CHU de Brest


Notre réseau de partenaires

 

acteurs institutionnels

Services de santé au travail

Santé au travail en Cornouaille, Quimper

Associations

Collectif des irradiés de l’Ile Longue, antenne brestoise de l’association Henri Pézerat.

Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest

collaborations scientifiques

Institut de la longévité, des vieillesses et du vieillissement

Groupe d’études sur le travail et la santé au travail

Catégories
Uncategorized

Équipe de recherche

 

Jorge Munoz, maître de conférence HDR en sociologie, Labers (EA 3149), Université de Bretagne Occidentale, Brest.

Directeur scientifique

 

Olivier Crasset, docteur en sociologie, Labers (EA 3149), Université de Bretagne Occidentale, Brest.

Ingénieur de recherche

Catégories
Uncategorized

Production scientifique

Journée d’étude : Quelle prévention secondaire pour les retraités à risque de cancer professionnel ?

Programme

9h15-45 Accueil, café.

9h45 Olivier Crasset (IGR Rispop29, Labers, UBO), présentation de la journée,

10h00-12h00 Session 1 : le SPP, un droit individuel contraint par l’anxiété ?

Dr Marie Pascual (médecin du travail, membre de l’Andeva et de l’association Ramazzini)

Mise en place du suivi médical des travailleurs exposés à l’amiante : retour sur un débat social historique.

Renaud Bécot (historien, Pacte, Univ Grenoble), Anne Marchand (historienne et sociologue, Iris, Giscop), membres du projet ANR Amiétat

L’anxiété au bureau. Usages du préjudice d’anxiété par les (anciens) fonctionnaires du Tripode – Nantes.

Discutant : Louis Braverman (MCF sociologie, Labers, UBO)

12h15- 14h00 Déjeuner

14h00-16h00 Session 2 : quelles possibilités de mise en œuvre concrète du dispositif SPP ?

Me Hermine Baron (avocate, TTLA et associés)

Le suivi post-professionnel : apport dans le traitement contentieux des dossiers indemnitaires

Dr Alain Carré (médecin du travail)

Fin de la traçabilité individuelle des ACD et CMR par les employeurs, médicalisation de la traçabilité dans un contexte de peur, d’impuissance ou d’ignorance : le SPP en péril

Discutant : Guillaume Fernandez (MCF sociologie, Labers, UBO)

16h15-16h30 Conclusion de la journée

Jorge Muñoz (MCF-HDR sociologie, Labers, UBO)

Participation

/

O. Crasset et J. Muñoz, “Prévention secondaire des cancers professionnels chez des ouvriers retraités, entre expertise profane et représentations sociales”, XXIIe congrès international des sociologues de langue française, Université d’Ottawa, 8-12 juillet 2024.

O. Crasset et J. Muñoz, “”Tant que je peux courir, c’est que ça ne va pas trop mal”, Activité physique et recours à la prévention secondaire”, colloque interdisciplinaire Pour que vieillir soit une chance, UFR STAPS, Dijon, 11-13 avril 2024.

O. Crasset et J. Muñoz, “Le suivi post-professionnel, révélateur de traçabilité ?”, Congrès de la Société de médecine du travail de l’Ouest, Respirer au travail : actualités, surveillance et prévention, Vannes, 12 et 13 octobre 2023.

O. Crasset et J. Muñoz, “Fortunes et infortunes du suivi sanitaire des retraités ayant été exposés à des risques de cancer”, 10e Congrès de l’Association française de sociologie, RT7 Vieillesse, vieillissement et parcours de vie, Lyon, 04-07 juillet 2023.

O. Crasset et G. Lecomte-Menahes, “Entre rapports individuels et collectifs : que fait le genre à la prévention secondaire du risque amiante ?”, Colloque international Le travail dans tous ses états : effets sur la santé, Université de Fribourg, 29-30 juin 2023.

O. Crasset et J. Muñoz, “Les chemins de traverse du suivi post-professionnel”, colloque Changer de travail ou changer le travail ? Santé, inégalités, environnement, GIS GESTES, MSH Paris-Nord, 1-2 juin 2023.

O. Crasset et J. Muñoz, “Quelles conditions de travail en Bretagne ? Un regard à partir du projet Rispop29”, présentation dans le cadre de la journée régionale de la commission conditions de travail de la CGT-Bretagne, Siant-Brieuc, 28 avril 2023.

O. Crasset et J. Muñoz, “De quoi les irradiés de l’Ile Longue se disent-ils victimes ?”, Des fonctionnaires immunisés ? Invisibilité de la santé au travail dans la fonction publique, Université de Nantes, 24 et 25 novembre 2022.

O. Crasset et J. Muñoz, “Fortunes and misfortunes of health monitoring of retirees who have been exposed to cancer risks”, 15th European Academy of Occupational Health Psychology Conference, Bordeaux, 6-8 juillet 2022.

O. Crasset, Participation à la table ronde « Tous exposés durant les parcours professionnels ? Implication, prévention et réparation », symposium recherche de l’Institut de la longévité, des vieillesses et du vieillissement (ILVV), Paris, 27 au 29 juin 2022.

O. Crasset et J. Muñoz, « Présentation de la recherche interventionnelle sur le suivi postprofessionnel des cancers en Finistère », séminaire sur la recherche interventionnelle en santé des populations (RISP), Institut national du cancer (Inca), en visioconférence, 30 juin 2021.

Organisation

/

L’équipe Rispop29 a co-organisé des journées d’étude en association avec trois collègues sociologues : Véronique Daubas-Letourneux (EHESP ARENES-UMR 6051, Marie Ghis Malfilatre (EHESS, CNRS FRE 2023, INSERM U1276) et Rémy Ponge (LESTn UMR 7317)

Journées d’étude « Santé au travail et changements », Jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre 2021, MSHB – Rennes

Les acteurs de la santé au travail au prisme du changement : Réparer et prévenir – Acteurs, pratiques, savoirs, évolutions à l’épreuve de l’inertie

Le programme est téléchargeable ici : JE Santé au travail et changements 30 sept et 1er oct 2021 pré programme_6 septLes résumés des communications sont accessibles sur le site de la MSHB sur cette page .

/

Catégories
Uncategorized

Scientific abstract

In 1993, a post-professional monitoring system was created for employees exposed to certain carcinogenic substances. This was to allow inactive employees (retired or jobseeker) to benefit from post-professional follow-up allowing quality medical and medico-social support, including early detection of any appearance of a disease ( see the decree of February 28, 1995 – Social Security code – listing the conditions and examinations and the hearing report of April 2010, supplemented by the decree of December 6, 2011).

The post-professional follow-up is in theory based on an institutional memory (traceability) of the exposures. However, very often this does not exist or with rare exceptions. This system requires the active participation of those first concerned, namely exposed employees. To be able to benefit from such follow-up, the employee must in fact complete a process with his former employer to issue him an exposure certificate or to the occupational physician. If the company no longer exists, it is the primary health insurance funds, as part of an investigation, which can prepare the certificate and provide follow-up. There is little research on the post-professional follow-up system. This project proposes to analyze, as a first step, the functioning of the post-professional monitoring system from the information given by the inter-company occupational health services to the concrete implementation of the monitoring by general practitioners. The second step will be to build a new monitoring protocol at the regional level, taking into account the shared diagnostic work. Based on several studies carried out in the Finistère department, the project will focus in particular on hemopathies, lung and bladder cancers, and cancers due to ionizing risks (list Morin Law 2010).

Three levels of analysis will be privileged: territorial, organizational and individual. For each level, we develop hypotheses. So at the regional level, the healthcare offer is unequally distributed in Finistère and the centers of economic activity as well. Thus spatial distance can play a role in adherence to the tracking device. For the organizational dimension, the post-professional monitoring system is based on the employee’s initiative. To do this, at least this requires prior information. Since 2011, the inter-professional occupational health services have been able to organize pre-retirement visits. The recent legislative amendment of March 29, 2018 notably confirms these visits for employees who have been exposed to carcinogenic agents or processes. How is this visit organized? And to what extent does the mode of organization affect the intention to join the post-professional monitoring system? We can hypothesize that this heterogeneity in the organization of care has a dissuasive nature for the individuals concerned to the extent that, even if they wish to initiate post-professional follow-up procedures, they do not clearly know what to do. nor who to contact.

However, these first analyzes will be supplemented by a diagnosis with general practitioners to understand in more detail the underuse of the device.

Our final level of analysis is at the individual level. However, we think of him above all as a social being and we will explore several factors that may explain his adhesion or not to the device. Defense mechanisms may emerge leading to attenuating or minimizing the effects of exposures, in addition, embarking on a process of recognizing the status of victim is not a simple and obvious step for those concerned, asking questions about the working conditions can come into conflict with the image and values ​​that individuals have internalized about their work, finally, the issue of ignorance – socially constructed – of working conditions can also explain the position of former employees.

The qualitative methodology will mobilize observations, waves of interviews, documentary analysis, data exploitation and quantitative analysis of qualitative data.

The implementation phase of the new system will involve work on the standardization of information and monitoring protocols and procedures, the implementation of the new system also assumes that there is a centralization of information allowing feedback to be given to Finally, starting from a local information system, such a device cannot do without the participation of those concerned and experiential knowledge in the matter. An evaluation and adjustment period is also planned before the full deployment on the basis of the previously established indicators

Catégories
Uncategorized

Projet scientifique

Résumé du projet

En 1993 a été créé un dispositif de suivi post-professionnel des salariés exposés à certaines substances cancérigènes. Il s’agissait de permettre aux salariés inactifs (retraités ou demandeur d’emploi) de pouvoir bénéficier d’un suivi post-professionnel permettant un accompagnement médical et médico-social de qualité, incluant le dépistage précoce de toute apparition d’une affection (voir l’arrêté du 28 février 1995 – code de la Sécurité sociale — listant les affections et les examens et le rapport d’audition d’avril 2010, complété par l’arrêté du 6 décembre 2011).

Le suivi post-professionnel s’appuie en théorie sur une mémoire (traçabilité) institutionnelle des expositions. Or, bien souvent celle-ci n’existe pas ou à de rares exceptions près. Ce dispositif requiert une participation active des premiers intéressés, à savoir les salariés exposés. Pour pouvoir bénéficier d’un tel suivi, le salarié doit en effet effectuer une démarche auprès de son ancien employeur pour qu’il lui délivre une attestation d’exposition ou auprès du médecin du travail. Si l’entreprise n’existe plus, ce sont les caisses primaires d’assurance maladie, dans le cadre d’une enquête, qui pourront élaborer l’attestation et accorder le suivi. Les travaux de recherche sur le dispositif de suivi post professionnel sont peu nombreux. Le présent projet propose d’analyser dans une première étape, le fonctionnement du dispositif de suivi post professionnel dès l’information donnée par les services de santé au travail interentreprises à la réalisation concrète du suivi par des médecins généralistes. Dans un second temps, il s’agira de construire au niveau du territoire un nouveau protocole de suivi en tenant compte du travail de diagnostic partagé. Le travail en partant de plusieurs études réalisées dans le département du Finistère, le projet portera notamment sur les hémopathies, les cancers des poumons, de la vessie, les cancers dus aux risques ionisants (liste loi Morin 2010).

Trois niveaux d’analyse seront privilégiés : territorial, organisationnel et individuel. Pour chacun des niveaux, nous développons des hypothèses. Ainsi au niveau du territoire, l’offre de soins est inégalement distribuée sur le territoire Finistérien et les centres d’activités économiques également. Ainsi la distance spatiale peut jouer un rôle dans l’adhésion au dispositif de suivi. Pour la dimension organisationnelle, le dispositif de suivi post professionnel repose sur l’initiative du salarié. Pour ce faire, a minima cela exige une information préalable. Depuis 2011, il existe la possibilité pour les services de santé au travail interprofessionnel d’organiser de visites de pré retraite. La récente modification législative du 29 mars 2018 confirme notamment ces visites pour les salariés ayant été exposés aux agents ou procédés cancérigènes. Comment cette visite est-elle organisée ? Et dans quelle mesure le mode d’organisation affecte l’intention d’adhérer au dispositif de suivi post professionnel ? On peut émettre l’hypothèse selon laquelle cette hétérogénéité de l’organisation des soins a un caractère dissuasif pour des individus concernés dans la mesure où, même s’ils souhaitent engager les démarches de suivi post-professionnel, ils ne savent pas clairement quoi faire ni à qui s’adresser.

Toutefois, ces premières analyses seront complétées par un diagnostic auprès de médecin généralistes pour comprendre de manière plus détaillée la sous-utilisation du dispositif.

Notre dernier niveau d’analyse se situe au niveau de l’individu. Cependant, nous le pensons avant tout comme un être social et nous explorerons plusieurs facteurs pouvant expliquer son adhésion ou pas au dispositif. Des mécanismes de défense peuvent émerger aboutissant à atténuer ou minimiser les effets des expositions, en outre, se lancer dans un processus de reconnaissance du statut de victime n’est pas une démarche simple et allant de soi pour les intéressés, poser de questions sur les conditions de travail peut entrer en conflit avec l’image et les valeurs que les individus ont intériorisés à propos de leur travail, enfin, la question de la méconnaissance – socialement construite — de conditions de travail peut également expliquer la position des anciens salariés.

La méthodologie qualitative mobilise des observations, des vagues d’entretiens, une analyse documentaire, une exploitation des données et l’analyse quantitative des données qualitatives.

La phase d’implantation du nouveau dispositif passera par un travail d’homogénéisation des protocoles et procédures d’information et de suivi, la mise en place du nouveau dispositif suppose également qu’il y ait une centralisation de l’information permettant de rétroagir à partir d’un système d’information local, enfin, un tel dispositif ne peut se passer de la participation des intéressés et de savoirs expérientiels en la matière. Une période d’évaluation et d’ajustements est également prévue avant le déploiement total sur la base des indicateurs préalablement construits.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search